Discours de Pascale Boistard lors du Forum international sur le vieillissement organisé par la Société savante de la Silver Economie (10/03/2016)

Seul le prononcé fait foi

Madame la vice-Présidente de région des Pays de Loire,
Madame la Vice-Présidente du Conseil Départemental du Maine et Loire,
Mesdames et Messieurs les élu.e.s
Monsieur le Recteur d’Académie,
Mesdames et Messieurs,

Ma présence ici marque l’intérêt du gouvernement pour la silver économie.

Tout comme vous j’ai conscience que cette question est majeure. Vous en avez fait le sujet central de cet évènement.

En France, Les personnes âgées de 60 ans et plus sont au nombre de 15 millions. Elles seront 20 millions en 2030 et près de 24 millions en 2060. Le nombre des plus de 85 ans passera de 1.4 millions aujourd’hui à 5 millions en 2060.

Les gains d’espérances de vie constituent un des plus grand progrès de notre siècle.

Ce bouleversement démographique est considérable. Nous devons l’anticiper.

Le gouvernement a pris en compte toute la mesure de ces défis.

La loi d’adaptation de la société au vieillissement a pour ambition d’apporter des réponses aux besoins de nos aînés. La silver économie est une des réponses à ces besoins. Vous-mêmes, vous œuvrez pour que notre pays soit à la pointe de ces changements.

Nous devons, ensemble, anticiper cet avenir commun et bien comprendre que la révolution démographique qui a commencé est le signe que nos concitoyens vivent plus longtemps. Et cela nous donne des responsabilités. Notamment, celles de relever le défi de vieillir, certes longtemps, mais dans de bonnes conditions.

Ces enjeux sont majeurs et sont déjà sources de nouveaux emplois.

Ils nous obligent à réfléchir et inventer des modes de vie, de gouvernance, de soins.

Et cette situation est une formidable opportunité d’un point de vue économique. Mais n’oublions pas que la silver économie doit d’abord être une valeur humaine qui tient compte de l’autonomie et qui respecte la dignité de nos ainés.

L’adaptation de la société au vieillissement, mise en pratique par la loi du 28 décembre 2015 a cette ambition première, cette philosophie : Placer l’humain au centre des préoccupations, au centre de nos préoccupations.

Faire de cette question une priorité et mettre en œuvre les changements nécessaires qui s’imposent. Sa mise en application a déjà commencé.

Elle va se poursuivre. Je rappelle ici que, dans un contexte budgétaire que l’on sait difficile, le gouvernement a pris ses responsabilités : les mesures nouvelles introduites par la loi sont toutes financées par l’Etat. Et nous sommes là au cœur du sujet. C’est pourquoi, ce rendez-vous que vous organisez est indispensable.
Il permet de rappeler les fondamentaux, les motivations premières qui nous animent. Nos valeurs.
Il permet concrètement de faire le point sur les avancées et les innovations. Il permet, d’échanger les bonnes pratiques, de mutualiser les connaissances.
Il permet enfin de donner toute leur place à ces questions qui nous concerneront toutes et tous, aujourd’hui ou demain.

Les axes que vous avez retenus pour cette journée le reflètent bien :

  • Le rôle essentiel des villes par une politique de l’habitat repensée
  • les technologies et les services,
  • la prévention et l’e-santé.
  • Le partenariat européen pour un vieillissement actif
  • En un mot, l’adaptation de notre société au vieillissement !

Vos travaux couvrent de très nombreux champs. Vous avez parfaitement synthétisé les pistes de réflexion et les champs d’action qui s’ouvrent à nous.

Mon rôle, en tant que Secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l’autonomie, est de faire avancer les réflexions et les actions.

Il me permet, dans des occasions comme cette journée, de rappeler combien l’évolution de notre société est riche de potentiels et d’innovation. Combien notre société est active et dynamique.
Et il faut le souligner, c’est bien la première fois que l’on envisage la créativité et la modernité comme moteurs de changements au service des personnes âgées. Dans le respect permanent de la dignité et de l’autonomie.

Vieillir mieux, vivre plus longtemps engendre forcément de nouveaux besoins.
A tous les niveaux, dans tous les domaines.

Par exemple, du côté des services à la personne, ces nouvelles demandes devraient entraîner la création d’emplois de proximité, et non délocalisables.

Le vieillissement est donc aussi une source de stimulation pour notre économie.

C’est pourquoi le gouvernement est en soutien à la constitution d’une la filière industrielle de la Silver économie dont l’ambition est de structurer une industrie de pointe du vieillissement en France :

  • En créant les conditions d’émergence d’un grand marché de la Silver économie,
  • En favorisant le développement d’une offre compétitive,
  • En exportant nos produits et services,
  • En professionnalisant les acteurs,
  • En innovant.

Un certain nombre de technologies comme la domotique et la robotique sont centrales pour accompagner la prévention et le maintien à domicile.

La domotique tient une place majeure dans l’adaptation des logements. Elle regroupe l’ensemble des techniques, électronique, informatique, télécommunications et permettent de centraliser le contrôle des systèmes présents dans l’habitat (chauffage, volets, etc.).

La robotique quant à elle améliore :
- L’assistance à la personne en perte d’autonomie
- La surveillance et le gardiennage.

Ces technologies doivent aussi permettre de rompre l’isolement en créant du lien social et humain.
Mais nous devons aussi explorer des thématiques nouvelles et identifier des sujets qui ne seraient pas traités aujourd’hui. Et renforcer tout ce qui peut permettre d’améliorer le lien familial.
Il est important de se mettre à la place de celles et ceux qui vieillissent et de celles et ceux qui les accompagnent.

Afin de comprendre au mieux les besoins qui sont les leurs. C’est la République du respect que nous devons tous promouvoir.

Les séniors de demain auront d’autres attentes et d’autres aspirations.
Des séniors connectés, demandeurs d’une inclusion forte dans la société que nous devons réaliser avec justesse et réalisme, et qui bénéficiera ainsi à toutes et à tous, quels que soient les âges, les catégories sociales.

Penser le vieillissement de nos sociétés en ces différents termes, politique, humain, économique, c’est avoir une vision globale et transversale des questions. Chacun à notre niveau, nous prenons nos responsabilités. Au niveau politique, vous le voyez, nous avançons.

Au niveau économique et social, je me réjouis de voir que la Silver économie se développe. Et qu’elle est de plus en plus connue de nos concitoyens. Car à terme, la France doit devenir un des leaders mondiaux de la Silver économie.

Nous avons commencé ce travail international via des partenariats qui se mettent en place, avec la Chine notamment.

Adapter la société au vieillissement est donc bien un défi local, national et aussi international que nous sommes prêts à relever.

Vous le comprenez, le Gouvernement crée les conditions de réussite. Mais cette ambition économique forte ne pourra se réaliser qu’avec la mobilisation de chacun.
Au vu des travaux que vous avez conduits à Angers, je sais pouvoir compter sur vous.

Et vous pouvez compter sur mon implication personnelle et celle du gouvernement

Respecter la dignité et la liberté de la personne âgée, reste une priorité, et je suis sûre que la silver économie peut y contribuer.

Nous sommes à un moment crucial. A un moment où nous pouvons organiser une nouvelle économie autour d’un sujet qui doit contribuer à prendre encore plus soin les uns des autres.

Je vous remercie pour votre attention.

pdf Le discours au format PDF Téléchargement (601.9 ko)