Insertion professionnelle des personnes handicapées

Édito de Ségolène Neuville

Le chômage de nos concitoyens en situation de handicap est un gâchis social et économique.

Pour y remédier, il faut agir simultanément sur tous les fronts : la formation initiale et continue et l’accompagnement dans l’emploi public et privé.

Pour ce qui concerne l’accès à l’emploi, le Président de la République a rappelé lors de la Conférence nationale du handicap de décembre dernier son attachement à l’exemplarité de la fonction publique. Cette exemplarité, doit se manifester en matière de politique de ressources humaines et d’inclusion accompagnée. Concernant le secteur privé, le chef de l’État a, entre autres, fixé comme objectif l’amélioration significative de la négociation collective sur le handicap. Avec Myriam El Kohmri, Ministre du travail, c’est notre priorité.

Par ailleurs, le nombre élevé de licenciements pour inaptitude indique que le taux de chômage particulièrement élevé des personnes handicapés n’est pas seulement lié à un déficit de formation, mais aussi aux difficultés que rencontrent nombre d’entre elles à se maintenir en emploi. Ce chantier a été ouvert avec l’AGEFIPH et le FIPHFP : l’objectif est de faire en sorte que les personnes en situation de handicap psychique notamment puissent bénéficier d’un accompagnement adapté et inscrit sur la durée.

Le Gouvernement agit aussi en amont, en faisant en sorte qu’un nombre grandissant d’enfants et d’étudiants handicapés puissent avoir accès aux mêmes enseignements que les autres, mais aussi en donnant aux adultes concernés les moyens de se former tout au long de leur vie professionnelle.

La mobilisation en faveur de l’emploi des personnes handicapées, pour porter ses fruits, doit être générale.
L’implication des associations et des entreprises, je sais, est entière. C’est ce que nous constaterons lors de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées.

Ensemble, relevons le défi de l’ouverture de la société aux personnes handicapées et du changement de regard porté sur elles. Les inclure dans la Cité, c’est aussi et surtout faire en sorte qu’elles puissent exercer un métier !