Le 3977

Trop d’adultes vulnérables sont victimes de maltraitance et ces situations sont trop insuffisamment révélées pour y apporter un traitement adapté. Cette maltraitance est un phénomène complexe et renvoie à une diversité de situations. Elle correspond le plus souvent à une succession de « petits » actes qui, cumulés, créent les conditions de l’isolement et de la souffrance des personnes qui en sont victimes. Chacun peut y être confronté, dans son environnement familial, social ou professionnel, aussi la vigilance de tous est requise.
Outre les signalements aux autorités administratives, aux services de police ou de justice, l’accès pour tous au 3977, un service de téléphonie spécialisé, facilite l’expression de la parole des personnes ou de leur entourage.
Depuis février 2008, le 3977, offre une écoute téléphonique spécialisée à disposition de tous, particuliers comme professionnels, en vue d’alerter sur une situation de maltraitance ou de risque de maltraitance. Ce dispositif national est complété par un réseau de proximité offrant un suivi individualisé aux appelants.

Le 3977 est destiné

- aux personnes âgées et aux personnes handicapées adultes victimes de maltraitance ;
- aux témoins de situations de maltraitance, entourage privé et professionnel ;
- aux personnes prenant soin d’une personne âgée ou handicapée et ayant des difficultés dans l’aide apportée.

Une équipe d’écoutants professionnels répond à ce numéro du lundi au vendredi, de 9h à 19h. Elle assure la première écoute, l’analyse des appels reçus, l’information immédiate et l’orientation si besoin, notamment vers le réseau de proximité pour un suivi individuel.

Le suivi individuel de chaque situation proposé aux appelants est assuré par des acteurs locaux, essentiellement des bénévoles spécifiquement formés au sein d’associations spécialisées (Alma). Réparti sur le territoire national et d’outre mer, ce réseau de proximité a vocation à assurer aux appelants qui le souhaitent écoute, suivi, accompagnement, conseil et soutien de proximité afin d’aider à la résolution de la situation de la maltraitance signalée, en lien si besoin avec les acteurs et autorités locaux compétents.

Depuis février 2014, ce dispositif national s’est profondément réformé et réorganisé afin d’améliorer son fonctionnement et son efficacité. Il dispose dorénavant d’une gouvernance et direction unique pour la plateforme d’écoute nationale et le réseau de proximité (qui reste principalement composé par des associations du réseau ALMA).

Ce réseau couvre aujourd’hui 82 départements, dont 3 en Outre mer. La finalisation de l’extension de ces antennes de proximité à l’ensemble du territoire national est prévue à l’horizon 2016.

Le suivi et le financement (programme 157) des antennes de proximité sont actuellement assurés par les DRJSCS et les DDCS-PP.

Quelques données chiffrées

- L’activité du dispositif : Depuis sa création, en 2008, les professionnels et bénévoles qui œuvrent dans le cadre de ce dispositif ont répondu à plus de 150 000 appels, assuré plus de 97 000 actions de suivi pour près de 26 000 situations de maltraitance, et réalisé plus de 10 000 actions d’accompagnement et de soutien (hors situation de maltraitance) auprès de 3122 personnes.
- Les appelants : La grande majorité des appelants sont des particuliers (plus de 83%), principalement des proches aidants, mais aussi des victimes elles-mêmes (environ 20% des appels).
- Les victimes : Les victimes sont essentiellement des personnes âgées (81,5%), dont la majorité a plus de 80 ans. Les situations de maltraitance envers les personnes adultes handicapées restent sous représentés (18,5% des situations signalées).

Les situations de maltraitance révélées ont lieu principalement au domicile de la victime (83% pour les personnes âgées et 71% pour les personnes handicapées).
- Les maltraitances signalées : Les maltraitances signalées au téléphone portent sur des situations différentes selon le public (personnes âgées ou personnes handicapées) et leur lieu de vie (à domicile ou en établissement).

Ainsi, les principales maltraitances dont sont victimes les personnes âgées à domicile sont les violences psychologiques et les violences financières, alors qu’en établissement il s’agit davantage de négligences et de maltraitance médicale.

Les personnes handicapées sont victimes, à domicile, principalement de violences psychologiques et des violences physiques, alors qu’en établissement, les négligences et les violences psychologiques sont les principales causes de maltraitance signalées.