Vrai ou faux ? La retraite en 12 idées reçues

Pénibilité, congés maternité, chômage : retour sur 12 idées reçues sur la retraite. Vrai ou faux ?

Le déficit du système de retraites est essentiellement dû à la crise.

Faux. La crise accentue le déficit, en réduisant provisoirement les entrées de cotisations de retraite. Mais sur le long terme, le déséquilibre s’explique avant tout par l’allongement de l’espérance de vie, et à moyen terme par l’arrivée à l’âge de la retraite des générations du baby boom.

A carrière égale, les retraités de la fonction publique perçoivent des pensions proches de celles des salariés du privé.

Vrai. Malgré des modes de calcul très différents, fonctionnaires et salariés du privé qui prennent aujourd’hui leur retraite touchent des pensions représentant environ 75% de leur dernier salaire (chiffre médian).

Le système des retraites aujourd’hui prend en compte la pénibilité de certains emplois.

Vrai et faux. Il existe depuis 2010 un dispositif très restreint de retraite anticipée pour carrière pénible, qui permet de partir plus tôt à la retraite en cas d’incapacité permanente liée à un certain type d’emploi. Un peu plus de 6000 personnes ont pu en bénéficier au total. Le compte de prévention de la pénibilité mis en place par la réforme concernera à partir de 2015 jusqu’à 20% des salariés, dans une perspective d’abord préventive avant d’être réparatrice.

Le système des retraites aujourd’hui n’assure plus la solidarité entre les générations.

Faux. Le système par répartition garantit que les retraites sont payées par les cotisations des actifs. La réforme actuelle a pérennisé ce fonctionnement, en ajustant les paramètres sur le long terme, et en donnant une visibilité à chacun. Les mesures prises, en particulier l’allongement progressif et limité de la durée de cotisation, permettront de répartir de façon équilibrée les gains d’espérance de vie : entre 2013 et 2035, l’espérance de vie à 60 ans devrait augmenter de plus de 2 ans ; la durée d’assurance n’augmentera que de 1,5 an.

Le système des retraites aujourd’hui protège les Français les plus modestes.

Vrai. Plusieurs dispositifs (minimum contributif, minimum vieillesse…) concourent à une redistribution des ressources vers les retraités les plus modestes. Pour autant, le système reste imparfait, et laisse subsister des inégalités et des injustices. La réforme répond à cet impératif de solidarité, en favorisant les femmes, les petits revenus, les carrières heurtées, les retraités à faibles ressources.

Les femmes perçoivent des retraites moins élevées que les hommes, mais la différence va se résorber d’elle-même dans les décennies qui viennent.

Faux. Si rien n’est fait, la différence va bien se réduire, mais pas se résorber. Aujourd’hui, les pensions des femmes, hors réversion, sont inférieures de 40% à celles des hommes. D’ici à 2020, le nombre de trimestres validés par les hommes et les femmes devrait s’égaliser, mais pas les montants des pensions, qui resteraient inférieures de 20% pour les femmes nées dans les années 1970. La réforme contient des mesures qui réduiront cet écart, mais c’est surtout le marché du travail qui doit changer, par la promotion de l’égalité professionnelle.

Le système des retraites aujourd’hui prend en compte les périodes de chômage.

Vrai. Les périodes de chômage indemnisé donnent droit à des trimestres. Les périodes de chômage non indemnisé y donnent également droit, mais dans certaines limites. La réforme assouplit et simplifie les conditions dans lesquelles ces dernières périodes sont validées.

Les jeunes entrent de plus en plus tard dans la vie active : cela reculera d’autant l’âge de départ en retraite.

Faux. L’âge moyen d’entrée dans la vie active a cessé d’augmenter depuis quelques années. Il s’est établi autour de 22 ans. La réforme, en outre, permet de valider plus facilement des périodes d’études, de stage, d’apprentissage, et donc de commencer à accumuler des droits pour la retraite avant même d’entrer sur le marché du travail.

On peut partir plus tôt à la retraite quand on a commencé à travailler très jeune

Vrai. Depuis juillet 2012, il est possible de partir à la retraite avant l’âge légal lorsqu’on a commencé à travailler avant 20 ans, à certaines conditions. Avant 2012, cette possibilité n’était ouverte qu’aux personnes ayant commencé à travailler avant 18 ans. Les conditions seront encore assouplies en 2014.

La durée de cotisation a été allongée.

Vrai. Elle est passée de 160 à 166 trimestres entre les générations 1948 et 1955. Avec la réforme, l’augmentation va se poursuivre à un rythme plus lent (6 trimestres entre les générations 1956 et 1973), en s’arrêtant à 172 trimestres, soit 43 ans.

Le congé maternité compte pour la retraite.

Vrai et faux. Avec la réforme, tous les trimestres du congé maternité compteront pour la retraite.

Les retraités ont un niveau de vie nettement supérieur à celui des actifs.

Faux. Le niveau de vie des retraités a bien rattrapé celui des actifs dans les années 1990 ; mais il ne l’a pas vraiment dépassé depuis. Il est un peu inférieur à celui des actifs si on exclut les revenus du patrimoine, très légèrement supérieur si on en tient compte.