Conseiller d’Education Populaire et de Jeunesse (CEPJ) - Interne

Missions des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse (CEPJ)

Les conseillers d’éducation populaire et de jeunesse sont des fonctionnaires de catégorie A du ministère chargé des Sports, de la Jeunesse, de l’Education Populaire et de la Vie Associative. Ils exercent leurs missions notamment dans les services déconcentrés régionaux ou départementaux relevant du ministère.
Ces missions peuvent être regroupées dans les domaines d’intervention suivants : la formation, le conseil et l’expertise, l’expérimentation et la recherche.
Ils contribuent à la mise en œuvre de la politique de l’État visant à :
- favoriser l’autonomie des jeunes et leur prise de responsabilité à travers l’engagement et le volontariat, l’accès à des loisirs éducatifs de qualité et à une information adaptée ainsi qu’à une mobilité internationale ;

- soutenir le dynamisme et le développement de la vie associative par le conseil, l’aide à la structuration et aux projets des associations ainsi qu’à la formation et à la qualification des acteurs ;

- développer l’accès du plus grand nombre à l’éducation non formelle et à la formation tout au long de la vie.

Pour mener à bien les missions qui leur sont confiées, les conseillers d’éducation populaire et de jeunesse s’appuient sur des compétences techniques et pédagogiques, selon leur spécialité d’origine (1) et sur leurs capacités d’analyse des besoins sociaux et culturels des publics concernés par leur intervention, notamment les jeunes. Ils mobilisent à cet effet leur connaissance des réseaux de partenariat, principalement les associations et les collectivités territoriales.

(1) Spécialités :
Concours 2012 : Sciences humaines appliquées, Sciences économiques et juridiques.
Concours 2013 :Jeunesse.
Concours 2015 : Sciences humaines appliquées.

Textes de référence

Loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’Etat

Décret n°85-721 du 10 juillet 1985 relatif au statut particulier des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Arrêté du 11 février 1986 modifié fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Arrêté du 17 février 1986 fixant la liste des spécialités exercées par les conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Arrêté du 26 juillet 2012 modifiant l’arrêté du 11 février 1986 modifié fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse

Vous pouvez consulter le site LEGIFRANCE

Conditions d’accès

Conditions générales d’accès

Les candidats à un concours de recrutement de la fonction publique doivent remplir les conditions générales de nomination à un emploi public suivantes (au plus tard à la date de la première épreuve d’admissibilité du concours)

- posséder la nationalité française (ou être en instance d’acquisition de la nationalité française) ou être ressortissant d’un pays de l’Union européenne ou de l’espace économique européen (Allemagne, Andorre, Autriche, Belgique, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal , République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse)

NB : les ressortissants de la Bulgarie et de la Roumanie qui, à la date de l’adhésion de leur pays (1er janvier 2007) travaillent légalement sur le territoire national pour une période ininterrompue égale ou supérieure à 12 mois peuvent présenter leur candidature au concours.
Les ressortissants qui remplissent cette condition à la suite de l’adhésion bénéficient également des mêmes droits.

- jouir de leurs droits civiques et ne pas avoir au bulletin n° 2 de leur casier judiciaire des mentions incompatibles avec l’exercice de leurs fonctions,

- être en situation régulière au regard des obligations militaires,

- satisfaire aux conditions d’aptitude physique exigées pour exercer la fonction.

Conditions spécifiques d’accès

Les candidat(e)s doivent, à la date de la première épreuve écrite :
- être fonctionnaires ou agents de l’Etat, des collectivités territoriales, de la fonction publique hospitalière ou des établissements publics qui en dépendent

et à la date de clôture des registres d’inscription :
- justifier de trois ans de services publics en cette qualité.
Il est rappelé que les candidat(e)s doivent être en position d’activité ou de détachement ou de congé parental. Ils ne peuvent en conséquence se présenter à des concours quand ils sont en disponibilité. En revanche, un congé de formation leur laisse la possibilité de se porter candidat.
Calcul de la durée des services publics en ce qui concerne les périodes de travail à temps partiel :
pour un fonctionnaire titulaire, ces périodes sont assimilées à des périodes à temps complet ;
pour un agent non titulaire, ces périodes sont comptabilisées en temps réel et doivent être ajoutées pour obtenir une durée de trois années d’équivalent temps plein.

Nature des épreuves

Les candidats font connaître, en même temps qu’ils déposent leur dossier de candidature, la spécialité qu’ils ont choisie, les trois thèmes qu’ils ont retenus pour l’épreuve n° 5 ainsi que l’épreuve orale facultative qu’ils désirent éventuellement subir. Les candidats qui choisissent l’option de langue vivante précisent la langue dans laquelle se déroulera l’épreuve.

Toute candidature visant une spécialité, une option ou une langue vivante ne figurant pas dans la liste portant ouverture des concours sera refusée.

Toute composition dans une autre spécialité que celle choisie lors du dépôt du dossier de candidature entraîne l’annulation de l’épreuve correspondante.

Il est attribué à chacune des épreuves une note de 0 à 20. Toute note égale ou inférieure à 6 dans les épreuves de spécialité est déclarée éliminatoire après délibération du jury.

Les épreuves écrites font l’objet d’une double correction.

A l’issue des épreuves d’admission, le jury dresse par ordre de mérite, la liste des candidats déclarés admis au concours de conseiller d’éducation populaire et de jeunesse et, éventuellement, la liste complémentaire.

Epreuves écrites d’admissibilité :

Pour l’ensemble des programmes des épreuves, se référer à ce document

pdf Programme des épreuves CEPJ Téléchargement (118.6 ko)

Épreuve n° 1
Une épreuve écrite de culture générale portant sur un sujet d’actualité en rapport avec l’éducation populaire ou la vie associative. (durée : 4 heures ; coefficient 3 ; 2 sujets au choix).

Épreuve n° 2
Une épreuve écrite de spécialité consistant en une analyse de document portant sur un sujet en rapport avec la réalité contemporaine choisi dans l’une des spécialités du concours. (durée : 4 heures ; coefficient 3 ; 1 sujet par spécialité).

Épreuve n° 3
Une épreuve écrite de pédagogie générale relative au domaine de la jeunesse et de l’éducation des adultes. (durée : 4 heures ; coefficient 3 ; 2 sujets au choix).

Epreuves orales d’admission

Épreuve n° 4
Une épreuve orale portant sur la vie associative, l’organisation et le fonctionnement de l’administration publique française, les notions essentielles relatives à l’Europe et aux institutions internationales. Exposé et entretien avec le jury à partir d’un sujet tiré au sort par le candidat. (préparation : 30 minutes ; exposé et entretien : 30 minutes ; coefficient 2).

Épreuve n° 5
Une évaluation de la compétence technique dans la même spécialité que celle de l’écrit. Pour certaines spécialités, cette évaluation peut porter sur une réalisation. Le candidat présente avant cette épreuve un dossier personnel sur trois thèmes relatifs à cette spécialité, thèmes qu’il a indiqués au moment de son inscription. Le jury choisit un sujet d’épreuves en rapport avec l’un de ces thèmes. L’évaluation ne porte pas sur ce dossier personnel, mais le jury peut, le cas échéant, apprécier la manière dont le candidat utilise son dossier pour traiter le sujet donné. (les durées de la préparation et de l’entretien sont indiquées sur l’arrêté du 11 février 1986 modifié fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse
 ; coefficient 3).

Épreuve n° 6
La conduite pédagogique d’une séance de travail avec un public, dont le sujet est déterminé par le jury dans la même spécialité que l’épreuve no 5. La présentation critique de cette séance par le candidat est suivie d’un entretien. (les durées de la préparation, de la séance et de l’entretien sont variables selon la spécialité et sont indiquées dans l’arrêté du 11 février 1986 modifié fixant les modalités d’organisation des concours pour le recrutement des conseillers d’éducation populaire et de jeunesse ; coefficient 3).

Épreuve n° 7 (facultative)
Les candidats aux concours d’accès au corps de conseillers d’éducation populaire et de jeunesse peuvent demander à subir une épreuve orale facultative parmi les langues vivantes suivantes :

Langues étrangères : Allemand, Anglais, Arabe, Espagnol, Italien, Portugais, Russe.

Langues régionales : Alsacien, Basque, Breton, Catalan, Corse, Flamand, Occitan.

L’épreuve orale facultative consiste en un commentaire, dans la langue vivante choisie par le candidat, d’un document fourni par le jury. (préparation : 15 minutes ; commentaire suivi de questions : 15 minutes).
Pour cette épreuve, seuls les points obtenus au-dessus de la moyenne (10 sur 20) sont pris en compte en vue de l’admission à l’issue des épreuves écrites et orales.

Les aides à la préparation

- Les annales

- Les rapports des jurys

- La composition des jurys

Calendrier/modalités d’inscription

- Le calendrier

- Modalités d’inscription

Les résultats

- Résultats admissibilité / admission / Statistiques

Les contacts

Service organisateur : Bureau du recrutement - SD1C

Pour toute demande de renseignements :

Vous pouvez nous écrire

Ministère des affaires sociales et de la santé
Direction des Ressources Humaines
Bureau du recrutement SD1C
14 avenue Duquesne
75350 PARIS 07 SP

Ou nous contacter par mail, en remplissant le formulaire "Qui contacter ?"