Prise en charge de la mère et du bébé

La sage-femme assure le suivi médical de la mère et du bébé au retour à la maison.

JPEG - 13.2 ko



Ce suivi peut être réalisé au domicile ou en cabinet et comprend l’examen clinique de la maman, l’accompagnement de l’allaitement et la surveillance du bon développement du nouveau-né.

Elle réalise également l’examen postnatal de la mère dans les 2 mois qui suivent la naissance.

Elle peut pratiquer également la rééducation périnéale, dans les semaines qui suivent l’accouchement mais aussi à distance de celui-ci.



JPEG - 11.3 ko







Pimprenelle Long-Cho, 34 ans, sage-femmeà l’hôpital Louis Mourier, à Colombes.

En quoi consiste la prise en charge médicale de la mère et du nouveau-né après l’accouchement ?

Pour la mère, nous commençons par éliminer le risque hémorragique et infectieux, puis nous prenons ses constantes (pouls, tension artérielle, température). L’examen clinique du nouveau-né se résume essentiellement à une auscultation cardiaque, à vérifier qu’il respire bien et qu’il a les bons réflexes. Il est pesé, mesuré et nous lui administrons de la vitamine K, après la première tétée pour ne pas perturber son environnement sensoriel. Dans les jours qui suivent, des dosages de bilirubine par flash sont réalisés pour prévenir la jaunisse.

Que se passe-t-il si les examens médicaux effectués par une sage-femme révèlent une anomalie ?

Nous nous focalisons sur la respiration, la coloration et le tonus du nouveau-né, qui constituent les premiers signes d’alerte potentiels. Si nécessaire, des examens complémentaires sont réalisés par le pédiatre. En cas de malformation apparente, comme un doigt surnuméraire, le pédiatre prend également le relais pour orienter vers un acte chirurgical. En cas de présomption d’une trisomie 21, un caryotype (représentation photographique des chromosomes d’une cellule) est réalisé pour confirmer le diagnostic.

En quoi consiste votre rôle dans l’accompagnement de la femme et du nouveau-né après la naissance de l’enfant ?

Nous assurons avec les auxiliaires de puériculture la mise en route et le suivi de l’allaitement, en nous focalisant sur les cas compliqués. Nous expliquons aussi aux jeunes mamans que le « baby blues », lié à la fatigue et au bouleversement hormonal, est passager. L’accompagnement des femmes passe également par l’éducation à la contraception post partum. À nous de préparer les ordonnances pour le jour de la sortie ainsi qu’un résumé de tous les rendez-vous qu’elles devront prendre une fois rentrées chez elles. Le suivi des jeunes accouchées est autant psychologique que médical.

Pouvez-vous effectuer la rééducation périnéale suite à l’accouchement ?

Oui, cela fait partie des prérogatives des sages-femmes, afin de permettre aux muscles du périnée de retrouver tout leur tonus, en commençant environ six semaines après l’accouchement. À l’hôpital, nous délivrons des ordonnances pour la rééducation du périnée, qui peut être prise en charge par des sages-femmes exerçant en libéral ou par des masseurs-kinésithérapeutes. En fonction des profils et des besoins, les séances peuvent être réalisées par électrostimulation, de façon manuelle ou en combinant les deux méthodes.

JPEG - 10.7 ko






« Un suivi personnalisé et une approche moins médicalisée »

JPEG - 26.3 ko

Faire le choix d’un suivi par une sage-femme, c’est privilégier l’idée de continuité, de suivi personnalisé et d’une approche moins médicalisée. Pour mon troisième enfant, j’ai décidé de m’adresser à une sage-femme exerçant en libéral pour assurer le suivi pré et post-natal. Je l’ai connue lorsque nous étions étudiants : c’est intéressant de mettre nos pratiques professionnelles en perspective, puisque j’ai travaillé dans le cadre hospitalier ! Une chose est sûre : ce mode d’exercice offre un temps d’écoute plus important.

Elodie Ballet
Propos recueilli dans un cabinet médical libéral à Lille.

« Un rapport qui dépasse la simple relation médicale »

JPEG - 26.3 ko

Le rapport que j’entretiens avec la sage-femme qui me suit dépasse la simple relation médicale. C’est un échange très humain : je peux tout lui dire, me confier et lui poser des questions pas forcément d’ordre médical. Elle me rassure énormément et me donne des conseils pertinents. C’est elle qui m’a informée sur la possibilité d’être suivie à domicile par une sage-femme libérale après l’accouchement.

Gounde Guirassy
Propos recueilli à l’hôpital Necker à Paris.
PNG - 21.7 ko