Suivi de la grossesse et de l’accouchement

La sage-femme assure les consultations de suivi médical, de la déclaration de grossesse à l’examen postnatal réalisé dans les 2 mois suivant la naissance.

JPEG - 11.5 ko



Dans le cadre de ses compétences, la sage-femme peut réaliser des échographies. Elle adresse les femmes aux médecins en cas de situation pathologique et peut ainsi participer à la surveillance de la grossesse.

Elle accompagne également la femme et le couple tout au long de la grossesse, en proposant au premier trimestre un entretien prénatal, puis des séances de préparation à la naissance et à la parentalité.

La sage-femme pratique l’accouchement normal et assure, après la naissance, les soins médicaux de la mère et de son bébé.

Elle participe à la réalisation des examens cliniques de la mère et du nouveau-né. Elle pratique les premiers dépistages chez le nouveau-né (maladies rares et vérification de l’audition).

La profession de sage-femme est une profession de santé réglementée (art. L.4111-1, L.4151-1 et suivants du code de la santé publique).

Les sages-femmes peuvent assurer le suivi complet des grossesses normales en pratiquant tous les examens prénataux, y compris le premier. En outre, elles sont habilitées à pratiquer l’examen postnatal à la condition d’adresser la femme à un médecin en cas de situation pathologique constatée.

JPEG - 11.3 ko







Caroline Mangin, 37 ans, sage-femme à l’hôpital Necker à Paris

JPEG - 233.4 ko

À partir de quel moment une femme enceinte peut s’adresser à vous ?

Une fois sa grossesse confirmée et son inscription à la maternité effectuée, sept rendez-vous de suivi de grossesse doivent être programmés, auxquels s’ajoute un entretien prénatal précoce, non obligatoire. Nous le proposons systématiquement en début de grossesse afin d’identifier les besoins d’informations, de faire le point sur la santé de la femme enceinte et d’organiser son suivi. Libre à elle ensuite d’être suivie en ville par une sage-femme exerçant en libéral si la grossesse est jugée normale.

Pour quels types d’examens une femme enceinte peut-elle prendre rendez-vous avec une sage-femme ?

En dehors des examens relatifs aux visites mensuelles (mesure du ventre, rythme cardiaque du fœtus, toucher éventuel du col…), elles nous sollicitent essentiellement pour des examens biologiques de surveillance prénatale comme le test d’évaluation du risque de trisomie 21. Les sages-femmes prescrivent également tout ce qui relève de la sérologie obligatoire (carte groupe sanguin, bilan de coagulation, dépistage du diabète, groupe sanguin, toxoplasmose, rubéole…) ainsi que les trois échographies réglementaires. Elles peuvent également les pratiquer à condition d’être formées à l’échographie obstétricale.

Que se passe-t-il si la grossesse devient pathologique ?

Si l’échographie révèle une anomalie au niveau fœtal, je passe directement le relais à l’obstétricien, qui réalise un diagnostic prénatal se traduisant le plus souvent par une amniocentèse. Face à une pathologie (diabète, hypertension artérielle, etc.), j’oriente la future maman vers son médecin traitant, ou son gynécologue.

Comment s’effectue la collaboration avec les autres professionnels de santé ?

L’équipe de la maternité étant réunie au même étage, il est facile de prendre conseil, de solliciter un avis sur un diagnostic. Les rôles sont bien répartis et globalement, nos supérieurs délèguent plus. Nous travaillons aussi avec un réseau de sages-femmes libérales, qui interviennent surtout en suites de couches. La répartition des rôles se fait naturellement entre la ville et l’hôpital, l’idée étant de faire revenir les femmes à l’hôpital uniquement en fin de grossesse pour éviter d’engorger les maternités.

Parallèlement à la surveillance prénatale médicale, quel accompagnement de la mère et des futurs parents la sage-femme est-elle en mesure de proposer ?

Au-delà de l’entretien prénatal précoce et du suivi de grossesse, certaines sages-femmes assurent des consultations spécialisées : c’est le cas par exemple des consultations en lactation. Les maternités peuvent également proposer une consultation en addictologie et des consultations en acupuncture pour aider à lutter contre les maux de la grossesse, tels que les nausées ou le mal de dos. Enfin, dans la plupart des maternités, des sages-femmes assurent des séances de préparation à l’accouchement.

Comment la sage-femme favorise-t-elle l’implication des futurs parents dans le déroulement de la grossesse ?

À l’hôpital, une consultation dure 20 minutes en moyenne. Dès la première visite, nous abordons de nombreux thèmes, de la prévention de maladies infectieuses comme la toxoplasmose, la listériose et le cytomégalovirus à la question de la prise de poids et du diabète gestationnel, en passant par la vaccination de la femme et de son entourage. C’est aussi l’occasion de prodiguer des conseils au père pour l’aider à gérer les sautes d’humeur ou le baby blues de sa femme.

JPEG - 10.7 ko






« Un échange personnel et rassurant »

JPEG - 23.7 ko

Infirmière en réanimation cardiaque à Necker, j’y ai déjà été suivie pour mes deux premières grossesses. Enceinte pour la troisième fois, j’ai souhaité renouveler l’expérience. Être suivie à l’hôpital permet de se familiariser avec le fonctionnement de la maternité, de connaître ses locaux. L’échange que j’ai avec ma sage-femme, très personnel, me rassure par rapport à toutes les interrogations et inquiétudes que je peux avoir concernant la grossesse.

Nadine Lapierre
Propos recueilli à l’hôpital Necker, Paris.

« De vraies coachs en salle de naissance »

JPEG - 32.3 ko

Pour cette première grossesse, j’ai d’abord été suivie en ville puis à l’Hôpital franco-britannique avant de choisir cette maternité de niveau 3, car je souffre de fibromes utérins. J’ai été en contact avec diverses sages-femmes, que ce soit pour le suivi de grossesse, la préparation à l’accouchement ou à l’occasion d’une séance d’acupuncture. Trois se sont relayées en salle de naissance : ce sont de vraies coachs, qui apportent un réel soutien. C’est primordial car on cherche la complicité dans ces moments-là !

Amlan Konan
Propos recueilli à l’hôpital Louis Mourier, Colombes

« Je me suis sentie vraiment accompagnée et écoutée »

JPEG - 31.1 ko

La sage-femme qui m’avait suivie pour ma première grossesse était de garde le jour de mon deuxième accouchement : on s’est retrouvés à trois, un peu comme en famille. Pendant le travail, sa présence était très agréable et ses explications, toujours claires. Je me suis sentie vraiment accompagnée et écoutée. Les sages-femmes sont très disponibles, donnent de bons conseils et assurent un véritable suivi, aussi bien pour la préparation à l’accouchement, le démarrage de l’allaitement que pour la rééducation du périnée.

Johanna Pineau
Propos recueilli à l’hôpital Louis Mourier, Colombes.


PNG - 21.7 ko