Présentation du HCTS

JPEG - 72.5 ko

Le Haut Conseil du travail social (HCTS) a succédé le 1er juillet au Conseil supérieur du travail social (CSTS). Il est une instance consultative placée auprès du ministre chargé des affaires sociales.
Le HCTS peut être consulté par le Premier ministre, le ministre chargé des Affaires sociales et les ministres sur toute question en lien avec le travail social dans les domaines qui relèvent de leur compétence.

Installé le 7 juillet 2016 par Ségolène Neuville, Secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, le Haut conseil du travail social (HCTS) concrétise la mesure 24 du plan d’action en faveur du travail social et du développement social adopté en Conseil des ministres le 21 octobre 2015.

Cette mesure prévoit de rénover la gouvernance du travail social et de transformer le conseil supérieur du travail social (CSTS) en Haut conseil du travail social (HCTS) et de conférer au HCTS des missions stratégiques aux côtés des grands conseils du secteur social, d’une part, et des missions opérationnelles à l’égard des professionnels du travail social.

  • de conférer au HCTS des missions stratégiques aux côtés des grands conseils du secteur social, complété de missions pragmatiques à l’égard des professionnels du travail social ;
  • d’organiser sa gouvernance assise sur une assemblée largement représentative y compris des personnes accompagnées, une présidence autonome et sur des formations de travail resserrées ;
  • de déployer une méthodologie de travail à la fois plus rigoureuse, plus dynamique et réactive, offrant plus de visibilité aux travaux du conseil.

Il ancre le caractère interministériel par un élargissement de la participation des ministères concernés par le travail social, l’élaboration, par les mêmes ministères, d’un programme annuel de travail, la possibilité qui leur est offerte de saisir le Haut conseil et leur contribution au fonctionnement du conseil.

Pour marquer l’indépendance du Haut conseil mais aussi sont interministérialité, la présidence est assurée par une personnalité politique engagée dans le social à l’expérience sociale reconnue (Brigitte Bourguignon, Députée du Pas de Calais) assistée de deux vices présidences, l’une issue des représentants des collectivités locales, l’autre émanant du collège des professionnels.