Maladie de Lyme

La maladie de Lyme ou borréliose de Lyme, est une infection due à une bactérie transmise lors d’une piqûre de tique. Quelque 27 000 nouveaux cas sont identifiés en France chaque année. L’infection est souvent sans symptôme. Cependant elle peut provoquer une maladie parfois invalidante (douleurs articulaires durables, paralysie partielle des membres…).

Agent

C’est une bactérie de la famille des spirochètes, du genre Borrelia.

Vecteur

La tique du genre Ixodes est le vecteur de la borréliose.

Réservoir

Le réservoir est très vaste. Les animaux de nombreuses espèces de mammifères (cervidés, bétail, petits rongeurs, chiens) peuvent rester porteurs de Borrelia pendant de longues périodes de leur vie sans manifestation.

Mode de contamination

La transmission à l’homme se fait uniquement par piqûre de tique. Les contaminations humaines sont plus fréquentes à la période d’activité maximale des tiques, en France entre le début du printemps et la fin de l’automne.

Epidémiologie

En France, en termes d’incidence, les données disponibles à ce jour estiment le nombre moyen annuel de cas de borréliose de Lyme à 27000, soit un taux d’incidence annuel moyen estimé à 43 cas pour 100 000 habitants.

Les taux d’incidence au niveau régional sont divers avec des taux d’incidence élevés, supérieurs à 100 pour 100 000 en Alsace et dans le département de la Meuse, des taux intermédiaire compris entre 50 et 100 pour 100 000 pour la Champagne Ardennes, l’Auvergne, la Franche Comté ; le Limousin et la région Rhône-Alpes et des taux plus bas pour les les régions Centre, Basse Normandie, et Aquitaine.

Clinique

La lésion très évocatrice de la maladie de Lyme est appelée « érythème chronique migrant », mais elle est inconstante. Il s’agit d’une éruption rouge, inflammatoire, débutant trois à trente jours après la piqûre, centrée au point de piqûre. Elle s’étend ensuite et peut s’associer à de la fièvre, puis disparaître spontanément en quelques semaines.
Si l’érythème chronique migrant passe inaperçu ou n’existe pas, il peut apparaître alors quelques semaines à quelques mois plus tard une phase secondaire de la maladie caractérisée par plusieurs manifestations isolées ou associées : manifestations articulaires, cutanées, cardiaques, neurologiques, générales (à type de fatigue chronique).
Des mois à des années après l’infection peuvent apparaître des manifestations tertiaires, de type articulaire, cutané, neurologique, musculaire, ou cardiaque.
L’évolution est très favorable lorsque la maladie est diagnostiquée et traitée précocement. En l’absence de traitement, l’évolution vers la phase secondaire n’est pas systématique, mais aggrave le pronostic.

Diagnostic

Le diagnostic est difficile sur le plan clinique, lorsqu’il n’est pas réalisé au stade d’érythème chronique migrant. Les tests sérologiques ne sont pas totalement standardisés, et restent parfois d’interprétation encore difficile.

Traitement

Son objectif est de guérir les manifestations cliniques et d’éviter l’évolution vers la phase secondaire. Il repose sur l’antibiothérapie par voie orale, d’autant plus efficace qu’elle est prescrite précocement. Beaucoup d’antibiotiques sont efficaces sur Borrelia.

Prévention

En l’absence de vaccination, la meilleure prévention consiste à retirer les tiques le plus rapidement possible après piqûre, en évitant de casser le rostre. La résistance des tiques aux insecticides rend difficile leur destruction. Il n’est pas justifié de traiter systématiquement par antibiotique tout sujet qui vient d’être piqué par une tique. En revanche, il faut surveiller l’apparition d’un érythème chronique migrant et signaler la notion de piqûre de tique à son médecin lors de l’apparition d’une lésion cutanée ou d’une fièvre.

Documents de référence

- Haut Conseil de la santé publique (HCSP)

pdf Avis relatif à la borréliose de Lyme (28 mars 2014) Téléchargement (136.6 ko)
pdf La borréliose de Lyme. Rapport du groupe de travail (HCSP 2014) Téléchargement (1.6 Mo)
pdf Mieux connaître la borréliose de Lyme pour mieux la prévenir (HCSP (...) Téléchargement (481.3 ko)

- Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF)

pdf Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques thérapeutiques et préventives (...) Téléchargement (934.5 ko)

- Centre national d’expertise sur les vecteurs

pdf Distribution d’Ixodes ricinus en France métropolitaine (CNEV, avril (...) Téléchargement (655.6 ko)

Source :
Direction générale de la santé
Sous-direction de la Prévention des risques infectieux