Programmes et plans nationaux de lutte contre l’hépatite B et C

En 1990, les données sur l’hépatite C étaient insuffisantes pour élaborer un plan de santé publique, comme l’avait souligné le rapport du groupe d’experts réuni par le professeur Micoud, à la demande des ministres. Une action épidémiologique concertée a alors été réalisée sous l’égide de l’InVS (Réseau national de santé publique). Elle a permis une première estimation en France du nombre de personnes atteintes d’hépatite C.

En 1997, une conférence de consensus sur l’hépatite C a établi les recommandations pour les professionnels de santé. Face au problème de santé publique identifié, le gouvernement a mis en œuvre deux plans de prévention et lutte successifs :
- Le plan national de lutte contre l’hépatite C (1999-2002)
Il avait pour objectifs d’atteindre une proportion de 75% de personnes dépistées (estimée à 24 % en 1994) et de 80% de personnes traitées parmi les malades relevant d’une indication thérapeutique. Ces objectifs n’ont été que partiellement atteints.

- Le programme national hépatite C et B (2002-2005)
Renforcé et élargi à l’hépatite B, ce programme a été justifié notamment par la persistance de la transmission du VHC chez les usagers de drogues par voie intraveineuse (UDIV), l’insuffisance de la prise en charge médicale et de l’accès au traitement des malades ainsi que les freins à la vaccination contre le VHB. Il a comporté trois axes, réduction des risques de transmission du VHC et du VHB, renforcement des mesures de lutte contre l’hépatite C et développement de la lutte contre l’hépatite B (axe nouveau), et cinq objectifs prioritaires :

- réduire la transmission virale dans les populations particulièrement exposées, notamment les UDIV ; lors des soins ; lors des actes de modification corporelle (tatouage, perçage, autres actes avec effraction cutanée) ; renforcer la prévention primaire de l’hépatite B ;
- dépister l’ensemble des personnes atteintes ;
- renforcer le dispositif de soins, notamment mobiliser les médecins libéraux ;
- renforcer la recherche ;
- améliorer les connaissances épidémiologiques et développer l’évaluation.

Des réunions nationales ont été organisées en 2002, 2003 et 2004 afin de mobiliser les divers acteurs de santé impliqués. L’ensemble des composantes du programme ont été mises en œuvre, aussi bien au niveau central qu’au niveau régional et local.

Ces deux premiers plans de santé publique ont permis de nombreuses avancées, telles que la mise en place d’un dispositif national de surveillance épidémiologique, la coordination et le financement de nombreux projets de recherche, la création et la diffusion d’outils d’information et de prévention.

En décembre 2005, dans l’attente d’un nouveau plan de santé publique, des mesures ministérielles ont ainsi été prises en direction des professionnels de santé pour sensibiliser les personnes les plus exposées au virus de l’hépatite B à la vaccination, inciter à un diagnostic plus précoce des patients atteints d’hépatite C chronique et introduire un parcours coordonné de soins pour ces malades, renforcer le dispositif de prévention et de prise en charge des usagers de drogues.

Un troisième plan national de lutte contre les hépatites B et C 2009-2012 a été lancé en février 2009.
Il était décliné en 5 axes stratégiques :
1- réduction de la transmission des virus B et C (prévention primaire) ;

2- renforcement du dépistage des hépatites B et C ;

3- renforcement de l’accès aux soins, amélioration de la qualité des soins et de la qualité de vie des personnes atteintes d’hépatite chronique B ou C ;

4- mesures complémentaires adaptées au milieu carcéral ;

5- amélioration de la surveillance et des connaissances épidémiologiques, développement de l’évaluation, de la recherche et de la prospective.

Sa mise en œuvre a fait l’objet d’un suivi régulier par le Comité national de suivi et de prospective, chargé notamment d’établir un rapport annuel sur l’état d’avancement du Plan.

L’évaluation de ce plan a été confiée au Haut Conseil de la santé publique et a été finalisée au premier trimestre 2013.

Plan national de lutte contre les hépatites 2009-2012

- Consulter le plan

Rapports d’activité du comité de suivi et de prospective 2010, 2011

pdf RAPPORT D’ACTIVITE 2010 Téléchargement (784.8 ko)
pdf RAPPORT D’ACTIVITE 2011 Téléchargement (660.7 ko)
pdf RAPPORT D’ACTIVITE 2011/Annexe Téléchargement (1.2 Mo)
pdf RAPPORT FINAL D’ACTIVITE 2012 Téléchargement (808.2 ko)

Source :
Sous direction Prévention des risques infectieux
Direction générale de la santé
14 avenue Duquesne
75350 Paris 07 SP