Professionnels de santé

Conduites à tenir par les professionnels de santé libéraux et hospitaliers devant une personne susceptible d’être atteinte : diagnostic, prise en charge, alerte…

Le risque de survenue en France d’un cas de maladie à virus Ebola importé d’Afrique devenant symptomatique dans les trois semaines qui suivent le retour est jugé faible mais ne peut être totalement exclu.

L’existence d’une épidémie dans une zone géographique identifiée ne doit cependant pas faire oublier que d’autres pathologies infectieuses fébriles peuvent se déclarer au retour, avec une probabilité supérieure à celle de la maladie à virus Ebola.

Rappel sur la maladie à virus Ebola et les risques de contamination

Le virus Ebola se transmet par contact direct avec :

  • des fluides corporels tels que le sang, la salive, l’urine, le lait maternel, le sperme, la sueur, les selles et les vomissures des personnes infectées, vivantes ou non. La présence du virus a été constatée dans le sperme jusqu’à plusieurs mois après la guérison de personnes contaminées. Bien que la transmission ne soit pas avérée, une protection des rapports sexuels est fortement recommandée.
  • des objets qui ont été contaminés par les fluides corporels de patients infectés (par exemple, des aiguilles).
  • la viande de brousse issue de la faune sauvage chassée principalement en Afrique (antilope, éléphant, chauve-souris, serpent, singe, etc.) est également une des sources de contamination.

La transmission par voie aérienne n’a jamais été documentée lors d’une épidémie chez l’homme. Le risque de transmission demeure néanmoins lors des manœuvres de soins de patients générant des aérosols, en l’absence de protections adaptées.

Le groupe des personnels de santé prenant en charge les malades et le personnel de laboratoire est donc un groupe particulièrement à risque.

A savoir

Une personne qui ne présente aucun des symptômes de la maladie n’est pas contagieuse, le début de la contagiosité coïncidant avec l’apparition des symptômes de la maladie. Le risque de transmission est faible dans la première phase de la maladie. Il augmente lors de l’aggravation de la maladie et des symptômes, avec la multiplication virale. La contagiosité est variable selon l’état du patient et la nature du contact.
Les personnes asymptomatiques de retour de la zone à risque doivent surveiller quotidiennement leur température. Toute fièvre supérieure ou égale à 38°C doit être considérée comme suspecte et la personne doit immédiatement se signaler au SAMU- Centre 15 en rappelant son exposition.
Aucune mesure d’éviction n’est requise tant qu’il n’y a pas de symptômes.
En l’absence de contact, le fait d’être assis à proximité d’un malade atteint de maladie à virus Ebola ne constitue pas une situation à risque de transmission.

Rappel sur les formes cliniques

La maladie à virus Ebola débute après 2 à 21 jours d’incubation (en moyenne 8 jours).

Dans sa forme habituelle, elle débute par un syndrome pseudo-grippal (fièvre ≥ 38°C, myalgies, pharyngites, arthralgies, céphalées) et une profonde asthénie psychomotrice.

En 3-4 jours, apparaissent d’autres signes cliniques : cutanéo-muqueux (conjonctivite, exanthème maculeux ou maculo-papuleux, dysphagie) et digestifs (diarrhée, vomissements).

L’évolution initiale peut être continue avec une altération progressive de l’état général (asthénie croissante, fièvre persistante, perte de poids) ou biphasique avec un intervalle libre de quelques jours au cours duquel l’état général s’améliore et la fièvre disparaît.

La phase terminale est marquée par des signes neurologiques d’encéphalite (de l’obnubilation au coma, agitation, épilepsie, troubles de conscience) et des signes hémorragiques (principalement saignements aux points de ponction, gingivorragies, hématémèse, mélaena, selles sanglantes ; plus rarement épistaxis, hémoptysie, hémorragie génitale ou hématome).

On peut observer plus inconstamment les symptômes suivants : hoquet, paresthésies, acouphènes, trismus, hépatomégalie, splénomégalie, pancréatite, uvéite, parotidite, orchite, et douleur thoracique.

Dans les formes hémorragiques, le décès survient dans 80 % des cas en moyenne 8 jours après l’apparition de la fièvre. Sinon la guérison est sans séquelle mais la convalescence est longue avec une asthénie prolongée pendant plusieurs semaines et des arthralgies fluctuantes et migratrices.

La présence du virus a été constatée dans le sperme jusqu’à plusieurs mois après la guérison de personnes contaminées. Bien que la transmission ne soit pas avérée, une protection des rapports sexuels est fortement recommandée.

L’essentiel pour la prise en charge d’un patient cas suspect de maladie à virus Ebola

Vous êtes en présence d’un patient fébrile qui :

  • a voyagé dans un pays considéré comme à risque dans les 21 jours précédents.
  • présente une température ≥ 38°C (mesurez si possible sa température corporelle avec un thermomètre sans contact) :
pdf Définition de cas de l’InVS (03 septembre 2015) Téléchargement (287.3 ko)

Professionnels de santé en ville

  • Isolez le patient en évitant tout contact physique avec ce patient et faites lui porter un masque chirurgical si possible.
    • Protégez-vous avec le matériel disponible (hygiène des mains avec le SHA, masque, surblouse à usage unique et lunettes de protection largement couvrantes).
Appelez le SAMU-Centre 15 : celui-ci, en conférence téléphonique, va conduire avec vous, l’Institut de veille sanitaire, l’agence régionale de santé et un infectiologue référent, l’évaluation clinico-épidémiologique qui permet le classement du cas.

Si le cas est évalué possible : le SAMU va organiser l’intervention d’une équipe du SMUR, pour prendre en charge le patient et le transporter vers un établissements de santé de référence habilité (ESRH)..
Vous pouvez alors l’informer de son transfert vers un ESRH qui le prendra en charge dans des conditions de sécurité maximales. Dans le cas où le patient serait « excrétant » (vomissements, diarrhée), l’équipe du SMUR vous apportera son appui pour les mesures de décontamination.

pdf Recommandations à l’attention des professionnels de santé exerçant en (...) Téléchargement (318.6 ko)

Professionnels des établissements de santé

Conformément à l’instruction DGOS/DIR/PF2/DGS/DUS/BOP/2014/306 du 7 novembre 2014 :

  • Placer le patient en isolement en box ou chambre seule, porte fermée.
  • Pour le patient : masque chirurgical, friction des mains avec un produit hydro-alcoolique
  • Pour les soignants : Limiter les personnels intervenant auprès du patient (uniquement personnels séniors) et se protéger (masque FFP2, hygiène des mains, gants d’examen, surblouse à usage unique et lunette largement couvrante).
  • Prévenir le médecin sénior responsable de l’unité, l’équipe d’hygiène, la direction de l’hôpital selon la procédure locale.
  • Ne réaliser aucun prélèvement biologique, y compris microbiologique, dans l’attente du classement du cas en possible ou exclu.
  • Regrouper les déchets dans un fût de déchet de soins à risque infectieux
  • Pas d’utilisation des toilettes par le patient ou accès possible aux cabinets d’aisance, sans chasse d’eau puis condamnation de ceux-ci pendant le temps de décontamination à l’eau de javel.
  • Évaluer l’état clinique des accompagnants. S’ils ne présentent pas de symptômes et qu’ils restent avec le patient (parents d’un enfant cas suspect par exemple), leur faire porter un masque chirurgical.
    • Appeler le SAMU-Centre 15 pour classer le cas en lien avec l’ARS et l’InVS

Si le cas « suspect » est classé comme « possible » :

  • Maintenir le patient en isolement et organiser son transport avec le SAMU-centre 15 vers un ESRH. Informer le patient des raisons et modalités de ce transfert ;
  • éliminer les déchets et les liquides biologiques après les avoir gélifiés et désinfectés (eau de javel, 0.5%), par la filière DASRI d’incinération, ou bien les isoler pour les traiter en filière DASRI habituelle lorsque le cas est exclu ; réaliser un bio-nettoyage suivi d’une désinfection à l’eau de Javel des locaux et matériels
  • dresser la liste des personnels qui ont été en contact étroit et direct avec le patient (accueil, transport, soins…) ou ses liquides biologiques.

Réalisation des examens biologiques

Les examens biologiques ne doivent être réalisés que dans l’établissement de santé de référence habilité.

C’est uniquement dans ces établissements que le prélèvement pour le diagnostic biologique de la maladie à virus Ébola est effectué. Le prélèvement est ensuite, soit transmis au centre national de référence (CNR) des fièvres hémorragiques virales de Lyon qui réalise le diagnostic et informe l’ESRH, soit réalisé par l’ESRH en lien avec le CNR.

Documents de référence

  • Conduite à tenir

Avis du haut conseil de la santé publique :

14/01/2015 - Avis Maladie à virus Ebola - Nettoyage et désinfection des surfaces

09/12/2014 - Avis Maladie à virus Ebola : Équipements de protection individuels

04/12/2014 - Avis Maladie à virus Ebola : recommandations en cas d’accident d’exposition au sang ou au virus

18/11/2014 - Avis Maladie à virus Ebola : conduite à tenir après guérison clinique

31/10/2014 - Avis Maladie à virus Ebola - Recommandations pour les professionnels des établissements de santé non ESRH

24/10/2014 - Avis Maladie à virus Ebola - Conduite à tenir vis-à-vis des personnes contact

10/09/2014 - Avis Cas suspects de maladie Ebola : données complémentaires à l’avis du HCSP du 10 avril 2014

10/04/2014 - Avis Conduite à tenir autour des cas suspects de fièvre hémorragique à virus Ebola

Établissements de santé de référence habilités pour la prise en charge des patients cas possibles ou confirmés de maladie à virus Ebola

pdf Liste des établissements de santé de référence habilités (ESRH) pour la prise en (...) Téléchargement (322.4 ko)


Ressources utiles

  • Équipements de protection individuels (CHU Bordeaux)
pdf Équipement de protection individuel face à une fièvre hémorragique – option (...) Téléchargement (2.5 Mo)
pdf Équipement de protection individuel face à une fièvre hémorragique – option (...) Téléchargement (2.3 Mo)

pdf Affiche technique Habillage avec Écran facial Téléchargement (1002.9 ko)
pdf Affiche technique déshabillage Lunettes/masque/seul Téléchargement (1.2 Mo)
pdf Affiche technique déshabillage Écran facial/seul Téléchargement (1.2 Mo)
pdf Affiche technique déshabillage Écran facial/en binôme Téléchargement (1.1 Mo)
pdf Affiche technique déshabillage Lunettes/masque/en binôme Téléchargement (1.1 Mo)


Ressources utiles pour les patients

pdf Fiche synthétique sur la maladie à virus Ebola Téléchargement (454.5 ko)



Consultez les fiches "Conseils aux voyageurs"

pdf Fiche conseils aux voyageurs DEPART - Maladie à virus Ebola (français) Téléchargement (189.5 ko)
pdf Fiche conseils aux voyageurs DEPART - Maladie à virus Ebola (anglais) Téléchargement (191.6 ko)
pdf Fiche conseils aux voyageurs RETOUR - Maladie à virus Ebola (français) Téléchargement (151.5 ko)
pdf Fiche conseils aux voyageurs RETOUR - Maladie à virus Ebola (anglais) Téléchargement (151.8 ko)

Liens utiles

International

ECDC

pdf Rapid risk assessment" de l’ECDC (PDF en anglais - 18/11/2014) Téléchargement (1.2 Mo)