Que faire si… ?

Questions générales

J’ai de la fièvre, j’ai mal à la tête, et si c’était Ebola ?
Il n’y a aucun cas confirmé d’Ebola en France aujourd’hui. Si vous n’avez pas voyagé dans un pays où circule le virus Ebola, consultez votre médecin traitant qui identifiera la cause de vos symptômes et vous proposera un traitement adapté.

J’ai été en contact avec une personne qui revient d’un pays où circule le virus Ebola
Le fait de revenir d’un pays de la zone à risque ne constitue pas un élément suffisant pour être un « cas suspect ».
Les personnes qui ne présentent pas de symptômes ne sont pas contagieuses même si elles sont en phase d’incubation après avoir contracté le virus.

Je crains d’être exposé à un risque de contamination du fait de mon poste de travail
Vous pouvez le signaler au médecin de votre entreprise. Le médecin du travail examinera ou fera examiner ce poste et proposera des mesures en cas de risque.

Voyageurs

Je souhaite me rendre dans un des pays où se développe l’épidémie Ebola
Sauf raison impérative, il est déconseillé aux Français de se rendre dans les pays où se développe l’épidémie Ebola (Guinée et Sierra Leone).

pdf Fiche conseils aux voyageurs DEPART - Maladie à virus Ebola (français) Téléchargement (189.5 ko)
pdf Fiche conseils aux voyageurs DEPART - Maladie à virus Ebola (anglais) Téléchargement (191.6 ko)

Je séjourne dans un pays où se développe l’épidémie Ebola
Suivez les recommandations des autorités locales :
- ne vous déplacez pas dans les zones de foyer de l’épidémie ;
- respectez les règles d’hygiène de base et, notamment, lavez-vous fréquemment les mains (savon ou solution hydro-alcoolique) ;
- évitez tout contact rapproché avec des personnes ayant de la fièvre. La transmission du virus se fait par contact direct avec le sang ou les liquides corporels ;
- évitez tout contact avec des animaux sauvages, vivants ou morts ;
- ne consommez pas et ne manipulez pas de viande de brousse.
En cas d’apparition de fièvre supérieure ou égale à 38°C, contactez immédiatement les services de l’Ambassade sur place ainsi qu’un médecin.
Rappel des numéros de référence des ambassades (Guinée, Sierra Leone).

Je reviens d’un pays où circule le virus Ebola et je n’ai pas de fièvre
Surveillez votre température pendant 21 jours. Cette mesure est d’autant plus importante si vous avez été en contact avec des malades infectés, même avec un strict respect des précautions d’hygiène.
Si une fièvre supérieure ou égale à 38°C survient, appelez immédiatement le 15 et restez à votre domicile en limitant au maximum les contacts avec votre entourage, ne consultez pas un médecin généraliste ou un service d’urgence afin d’éviter de multiplier les contacts.

Je reviens d’un pays où circule le virus Ebola et j’ai de la fièvre (≥ à 38°C)
Si une fièvre supérieure ou égale à 38°C survient, appelez immédiatement le 15 en décrivant vos symptômes et en mentionnant que vous êtes de retour d’un pays où une épidémie d’Ebola est en cours. Ne vous déplacez pas aux urgences d’un hôpital ou au cabinet de votre médecin traitant. Restez à votre domicile en limitant au maximum les contacts avec votre entourage.

Je reviens d’un pays où circule le virus Ebola et je suis malade mais je n’ai pas de fièvre (≥ à 38°C)
Vous n’avez probablement pas contracté Ebola.
En cas de doute appelez le 15 en décrivant vos symptômes et en mentionnant que vous êtes de retour d’un pays où une épidémie d’Ebola est en cours.
Ne vous déplacez pas aux urgences d’un hôpital ou au cabinet de votre médecin traitant.

pdf Fiche conseils aux voyageurs RETOUR - Maladie à virus Ebola (français) Téléchargement (151.5 ko)
pdf Fiche conseils aux voyageurs RETOUR - Maladie à virus Ebola (anglais) Téléchargement (151.8 ko)

A l’école

Comment l’école ou l’établissement de mon enfant est informé sur la maladie à virus Ebola ?
A la mi-octobre 2014 des informations et des instructions ont été envoyées aux écoles et établissements sur la conduite à tenir au regard du risque Ebola. Elles rappellent toutes les informations émanant des autorités sanitaires nationales sur les symptômes et les modes de transmission du virus. Elles explicitent les attitudes à adopter dans la vie scolaire courante et les mesures à prendre face à un cas suspect.

Comment suis-je informé(e) par l’école ou l’établissement de mon enfant ?
Les directeurs d’école, principaux de collège et proviseurs de lycée sont les interlocuteurs privilégiés des parents et des personnels : ils leur diffuseront des informations individuellement ou collectivement en cas d’événement particulier. Les échanges lors des conseils d’école ou conseils d’administration permettent d’aborder ces questions. Des réunions d’information spécifiques peuvent aussi être organisées si besoin.

Comment informer les enfants ?
Si elles le souhaitent, les familles peuvent parler à leurs enfants de la situation et de la maladie à virus Ebola, avec les mots et les méthodes d’échanges qui leur sont propres. Pour s’informer et suivre l’évolution de la situation, elles disposent d’une page dédiée au virus Ebola sur le site du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Cette page propose toutes les informations de référence en la matière : www.ebola.sante.gouv.fr. Elles rappelleront utilement aux enfants les « gestes barrières » et l’hygiène de base qui permettent de se protéger des virus : la saison hivernale, propice aux épidémies de grippe, gastro-entérite, etc. invite à cette vigilance, sans dramatisation. Les enseignants auront également l’occasion de les leur rappeler, en s’appuyant notamment sur les documents pédagogiques proposés par l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé).

Je suis parent, étudiant ou personnel d’un établissement d’enseignement : à qui dans l’établissement puis-je m’adresser ?
Comme pour tous les phénomènes sanitaires pouvant survenir dans une école ou un établissement d’enseignement, ce sont les responsables de ces établissements qui vous renseigneront si vous avez des interrogations. Dans les établissements scolaires, ils seront secondés dans cette mission par les personnels de santé de l’éducation nationale : médecins et infirmiers, médecins de prévention pour les personnels.

Comment l’école ou l’établissement peut-il savoir que des élèves ou étudiants n’ont pas voyagé dans les pays touchés par l’épidémie durant des vacances scolaires ?
Il n’y a pas de raison de demander un tel signalement. Le simple fait de revenir d’un pays où circule le virus Ebola ne veut pas dire que l’on est malade ou contagieux. De plus, le virus Ebola ne se transmet pas par l’air mais uniquement par des contacts directs avec les fluides corporels des personnes malades. Enfin, seules les personnes présentant des symptômes de la maladie sont contagieuses.

Un enfant de retour d’un pays concerné par l’épidémie est en classe avec mon enfant. Que dois-je faire ?
Vous n’avez pas de mesure spécifique à prendre, le séjour d’un enfant dans un pays de la zone à risques (Guinée et Sierra Leone) n’impliquant pas qu’il soit porteur du virus dès lors qu’il ne présente pas de symptômes. Le simple fait de revenir d’un pays où circule le virus Ebola ne veut pas dire que l’on est malade ou contagieux. De plus, le virus Ebola ne se transmet pas par l’air mais uniquement par des contacts directs avec les fluides corporels des personnes malades. Enfin, seules les personnes présentant des symptômes de la maladie sont contagieuses.
Des conseils sont donnés aux voyageurs se rendant dans les pays touchés par l’épidémie.
Un dispositif de contrôle sanitaire spécifique est mis en œuvre au départ des pays concernés, mais également par les autorités sanitaires françaises à bord ainsi qu’à l’arrivée en France (message de recommandation diffusé pendant le vol, fiche de traçabilité, prise de température au débarquement, dépliant d’information indiquant la conduite à tenir, etc.).
Comme pour toute personne de retour d’un pays de la zone à risque, les parents de l’enfant concerné doivent surveiller sa température chaque jour pendant les 21 jours qui suivent le retour. Les personnes qui ne présentent pas de symptômes ne sont pas contagieuses.

Que se passe t-il si un élève revenant d’un pays à risques depuis moins de 3 semaines présente des symptômes durant le temps scolaire, permettant de suspecter une transmission du virus ?
Les responsables d’écoles et d’établissements ont connaissance des caractéristiques des symptômes de la maladie à virus Ebola (fièvre supérieure ou égale à 38°C chez un enfant ou un adulte revenu d’un pays de la zone à risques depuis moins de 21 jours). Au cas où des symptômes apparaitraient chez un élève de retour d’un pays à risques, l’enfant est isolé du reste de la communauté.
Pour sa sécurité et afin d’éviter les contacts physiques avec d’autres personnes, il sera placé dans une pièce fermée, le temps que le 15 (SAMU) soit appelé et évalue son état.
Si le cas s’avère possible, l’enfant sera transféré par une équipe médicale spécialisée (service médical des urgences) dans l’un des établissements de santé de référence habilités. Il ne pourra pas être à nouveau scolarisé avant d’avoir reçu des résultats négatifs pour ses analyses ou, s’il est malade, avant sa complète guérison.
Si les analyses biologiques confirment que l’enfant est bien malade d’Ebola, toutes les personnes ayant eu un contact direct avec l’enfant seront identifiées et feront l’objet d’un suivi par les autorités sanitaires. Tant que la personne contact ne présente pas de symptôme, aucune mesure spécifique concernant la vie quotidienne n’est requise.

Est-ce qu’il y a des mesures préventives à prendre, en tant que parent ?
Il faut absolument éviter d’aller dans les pays de la zone à risques (Guinée et Sierra Leone). Par ailleurs et comme à chaque saison à épidémies « classiques » (grippe, gastro-entérite…), il est recommandé d’appliquer les règles d’hygiène de base tels que le lavage de mains fréquent. Ces gestes limitent les risques de contamination et il est toujours utile de les faire pratiquer autour de vous, dans votre famille.

Qu’est-ce qu’on peut dire aux enfants pour essayer de se prémunir ? Ne toucher personne ? Se laver les mains ?
Vous pouvez rappeler aux enfants les règles d’hygiène de base (lavages de mains), comme le font les adultes en général et encore plus souvent en période d’épidémies hivernales.

Je suis étudiant en Erasmus dans un pays européen où il y a eu un cas Ebola, faut-il que je quitte ce pays ?
Non, il n’y a pas de raison.

Est-ce que je peux accueillir une équipe de recherche dans mon laboratoire en provenance d’un pays dans lequel la maladie à virus Ebola est déclarée ?
Vous pouvez accueillir une équipe de recherche en provenance d’un pays de la zone à risques dès lors que ses membres auront été autorisés à quitter leur pays à l’issue des contrôles sanitaires prévus à leur départ. Comme pour tous les voyageurs en provenance d’un pays à risques, ces personnes seront soumises au dispositif de prise en charge spécifique mis en œuvre par les autorités sanitaires françaises à bord ainsi qu’à l’arrivée des vols directs : message de recommandation diffusé pendant le vol, fiche de traçabilité, prise de température au débarquement, dépliant d’information indiquant la conduite à suivre, etc. Elles devront en outre surveiller leur température durant 21 jours.

Est-ce que je peux accueillir dans mon université des étudiants en provenance des pays dans lesquels la maladie à virus Ebola est déclarée ?
Oui, vous pouvez accueillir des étudiants en provenance d’un pays de la zone à risques dès lors qu’ils auront été autorisés à quitter leur pays à l’issue des contrôles sanitaires prévus à leur départ. Comme pour tous les voyageurs en provenance d’un pays à risques, ces personnes seront soumises au dispositif de prise en charge spécifique mis en œuvre par les autorités sanitaires françaises à bord ainsi qu’à l’arrivée des vols directs : message de recommandation diffusé pendant le vol, fiche de traçabilité, prise de température au débarquement, dépliant d’information indiquant la conduite à suivre, etc. Elles devront en outre surveiller leur température durant 21 jours.

Je suis étudiant en France, puis-je participer à un programme d’échange avec une université d’un pays dans lequel la maladie à virus Ebola est déclarée ?
Depuis le 31 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et du développement international et le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes recommandent aux Français de suspendre « sauf raison impérative » ou nécessité très particulière liée notamment à la coopération sanitaire, tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée et Sierra Leone). Depuis le 9 mai 2015, le Libéria ne fait plus partie de la zone à risque.

Je suis enseignant-chercheur en France, puis-je me déplacer dans un laboratoire de recherche d’un pays dans lequel la maladie à virus Ebola est déclarée ?
Depuis le 31 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et du développement international et le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes recommandent aux Français de suspendre « sauf raison impérative » ou nécessité très particulière liée notamment à la coopération sanitaire, tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée et Sierra Leone). Depuis le 9 mai 2015, le Libéria ne fait plus partie de la zone à risque.