Questions / Réponses

Quel est le nombre de cas en France ?

Il n’y a actuellement pas de cas confirmé d’Ebola sur le territoire.

Quelles sont les mesures prises par les autorités pour éviter une épidémie en France ?

Aéroports
Pour éviter que le virus ne se propage hors des zones actuellement touchées, des mesures spécifiques ont été prises par les pays concernés.
Un dépistage des voyageurs est notamment réalisé par des soignants, avant l’embarquement, dans les aéroports des pays où circule le virus Ebola.

Des mesures de prévention et un dispositif de prise en charge spécifiques sont également mis en œuvre par les autorités sanitaires françaises :

  • Un dispositif de contrôle sanitaire et de suivi des passagers des vols directs en provenance de Guinée est en place depuis le 18 octobre à l’aéroport CDG :
    • Un message de recommandations est diffusé pendant le vol
    • Il est demandé aux passagers, à bord, de remplir un formulaire comprenant leur identité et leurs coordonnées (fiche de traçabilité), afin d’anticiper un éventuel suivi médical.
    • La température de tous les passagers est mesurée lors du débarquement et une fiche d’information leur est remise pour leur indiquer la conduite à tenir en cas de fièvre supérieure ou égale à 38° dans les 21 jours qui suivent son arrivée en France.
    • Tout passager débarquant avec une température supérieure ou égale à 38°C est considéré comme un « cas suspect ». Il est immédiatement isolé, pris en charge par le personnel médical et, s’il est jugé « cas possible », transporté dans des conditions de sécurité optimales vers un établissement de santé de référence (ESR) habilité à pratiquer des analyses biologiques.
  • Pour les passagers des vols indirects en provenance des pays où circule le virus Ebola, des affiches d’information sont disponibles dans les principaux aéroports français opérant des liaisons internationales.
    Ces outils sont également disponibles sur les sites Internet du ministère chargé des Affaires étrangères et du ministère chargé de la Santé.

Le dispositif similaire mis en place le 15 novembre pour les vols en provenance du Mali a été arrêté depuis le 18 janvier 2015, le Mali ne faisant plus partie des zones à risque.

D’autres pays membres de l’Union européenne ont mis en œuvre ce type de dispositif sanitaire pour les voyageurs. Par ailleurs, des mesures de contrôle de température des passagers sont effectuées dans d’autres pays, tels que le Maroc ou la Belgique, qui reçoivent des vols directs en provenance des pays où circule le virus Ebola.

Ports
Le 24 octobre, le Gouvernement français a annoncé que les mesures de contrôle sanitaire en vigueur dans les aéroports sont étendues aux ports accueillant des bateaux en provenance d’un pays touché par l’épidémie d’Ebola et partis depuis moins de 3 semaines.

Peut-on se protéger contre Ebola en France ?

Comme pour toute maladie infectieuse, il est recommandé de respecter les mesures habituelles d’hygiène : se laver fréquemment les mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique.

Peut-on voyager dans l’un des pays touchés par le virus Ebola ?

Il est recommandé aux voyageurs de suspendre « sauf raison impérative » tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés : Guinée et Sierra Léone.

Il est également recommandé aux voyageurs de consulter régulièrement le site du ministère des Affaires étrangères, rubrique « conseils aux voyageurs »

Toute personne souhaitant voyager dans l’un de ces pays doit se signaler auprès des postes diplomatiques français ou s’inscrire sur le site Ariane du ministère des Affaires étrangères, afin d’être suivi et recontacté si nécessaire.

Si vous devez maintenir votre voyage, en l’absence de vaccin pour l’homme, le respect des mesures de protection individuelles est le seul moyen de prévenir l’infection :

  • éviter de se déplacer ou de séjourner dans les zones de foyer de l’épidémie ;
  • respecter les consignes des autorités locales ;
  • respecter les règles d’hygiène de base et, notamment, se laver fréquemment les mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique ;
  • éviter tout contact rapproché avec des personnes ayant de la fièvre ;
  • éviter tout contact avec des animaux sauvages (singes, chauves-souris…) vivants ou morts ;
  • ne pas consommer, ni manipuler de viande de brousse ;
  • cuire soigneusement avant consommation les produits animaux (sang, viande, lait…).

Les personnes qui présenteraient une fièvre supérieure ou égale à 38°C dans un pays où circule le virus doivent contacter les services de l’ambassade ainsi qu’un médecin.

Je suis un professionnel du tourisme : quelles mesures adopter envers les personnes en provenance des pays où sévit l’épidémie ?

Le simple fait de revenir d’un pays où il y a un virus ne veut pas dire que l’on est malade ou contagieux. La situation actuelle ne justifie pas que les personnes qui reviennent d’un pays touché par Ebola et qui ne présentent pas de symptômes soient mises en quarantaine.

Depuis le 31 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et du développement international et le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes recommandent aux Français de suspendre « sauf raison impérative » ou nécessité très particulière liée notamment à la coopération sanitaire, tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée et Sierra Leone).

Des mesures de prévention et un dispositif de prise en charge spécifiques sont mis en œuvre par les autorités sanitaires françaises à bord ainsi qu’à l’arrivée en France des vols directs concernés (message de recommandation diffusé pendant le vol, fiche de traçabilité, prise de température au débarquement, dépliant d’information indiquant la conduite à tenir, etc.).

Quel est le rôle du médecin du travail dans la prévention en entreprise ?

Le médecin du travail a un rôle important dans la prévention sanitaire de la contamination en entreprise.

Il observe les postes de travail et analyse les risques de contamination des différentes situations de travail en fonction notamment des voies de contamination, des modes de transmission et des conditions d’exposition au virus.
L’analyse résulte aussi des résultats des entretiens faits lors des consultations médicales du travail, des conclusions d’intervention éventuelle d’un collaborateur spécialisé dans la prévention du risque biologique, d’échanges sur la nature des postes de travail avec l’employeur, les salariés et leurs représentants.

Il préconise des mesures collectives et individuelles de protection et fiabilise l’information des employeurs et des travailleurs sur le risque sanitaire du au virus.
Il assure l’organisation de la réponse aux questions posées par l’employeur et l’ensemble des personnels de l’entreprise.

Dans le cas où un salarié aurait une fièvre Ebola suspectée ou déclarée, le médecin du travail organise la conduite à tenir dans l’entreprise. En lien avec le système de soin, il assure la mise en place des recommandations préconisées par les autorités sanitaires pour la prise en charge de travailleurs susceptibles d’être atteints par le virus.

Comment peut-on attraper Ebola ?

Le virus Ebola se transmet par contact direct :

  • avec des fluides corporels tels que le sang, la salive, l’urine, le lait maternel, le sperme, la sueur, les selles et les vomissements des personnes infectées, vivantes ou non.
  • avec des objets qui ont été contaminés par les fluides corporels de patients infectés (par exemple, des aiguilles).

La présence du virus a été constatée dans le sperme jusqu’à plusieurs mois après la guérison de personnes contaminées. Bien que la transmission ne soit pas avérée, une protection des rapports sexuels est fortement recommandée.

La viande de brousse issue de la faune sauvage chassée principalement en Afrique (antilope, éléphant, chauve-souris, serpent, singe, etc.) est également une des sources de contamination.

Le virus Ebola se transmet-il dans l’air ?

Non le virus ne se transmet pas dans l’air, comme la grippe par exemple.
Il n’est donc pas possible d’être contaminé par contact ordinaire dans des lieux publics et transports en commun avec des personnes qui ne semblent pas malades.

Quels sont les symptômes d’Ebola ?

La maladie débute brutalement par l’apparition d’une fièvre élevée (≥ 38° C), de douleurs articulaires, musculaires, maux de tête, ainsi qu’une importante fatigue générale.

En 3 à 4 jours, apparaissent d’autres symptômes au niveau de la peau et des muqueuses (conjonctivite, éruption cutanée, difficulté à avaler) et digestifs (diarrhée, vomissements).

La phase terminale est marquée par des signes neurologiques (de troubles de la vigilance au coma, agitation, …) et des hémorragies externes (saignements de nez et des gencives, toux sanglantes, selles sanglantes, …).

Quel est le délai avant l’apparition des premiers symptômes en cas de contamination ?

La durée d’incubation, correspondant à la période entre l’infection de la personne et l’apparition des premiers symptômes, varie de 2 à 21 jours (la moyenne est de 8 jours).

Peut-on dépister le virus Ebola avant l’apparition des symptômes ?

Il n’existe pas de moyen permettant de dépister ou de diagnostiquer l’infection avant le début des symptômes.

Pendant combien de temps un objet souillé reste contaminé ?

La contamination des objets et surfaces peut contribuer à la transmission de la maladie dans un environnement médical, mais n’a pas un rôle significatif dans la communauté en dehors de l’environnement immédiat d’une personne malade.
Les contaminations accidentelles se produisent essentiellement par des contacts très étroits avec des personnes malades présentant déjà les symptômes de la maladie : fièvre, fatigue, douleurs musculaires… Par exemple du matériel médical ayant servi aux soins, ou des vêtements souillés par du sang ou des liquides biologiques.

Y a-t-il des risques de contamination en consommant des fruits ou des légumes venant d’Afrique ?

La malade à virus Ebola ne se transmet pas en consommant des aliments tels que des fruits ou des légumes entrés légalement en France. Il est en revanche fortement déconseillé de manipuler de la viande de brousse, dont l’importation en France est interdite.

Il est rappelé qu’en règle générale tout fruit ou légume doit être lavé avant consommation.