Maladie à virus Zika

Le virus du Zika se transmet à l’homme par l’intermédiaire d’une piqure du moustique du genre Aedes dont Aedes aegypti et Aedes albopictus. Dans certains cas, le virus peut se transmettre par voie sexuelle.

Lors d’une piqure, le moustique prélève le virus sur une personne infectée. Après un délai d’incubation chez le moustique de l’ordre de quelques jours et à l’occasion d’une autre piqure, le moustique peut transmettre le virus à une personne saine.

JPEG - 27.6 ko

Actualités


Situation épidémiologique de l’épidémie à virus zika

- Consulter le site de Santé publique France


Symptômes de l’infection à virus zika

Dans une très grande majorité des cas, la maladie provoque peu de symptômes ou même l’absence de symptôme. L’évolution est le plus souvent rapidement favorable avec une guérison spontanée en 2 à 7 jours.

Lorsque des symptômes apparaissent, ils sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées et se manifestent dans les 3 à 12 jours qui suivent la piqûre par le moustique.

Le Zika peut également se manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un œdème des mains et/ou des pieds. La fièvre apparaît peu élevée et transitoire.

Traitement de l’infection à virus zika

Il n’y a pas de traitement antiviral spécifique, ni de vaccin actif sur le virus Zika.

Seul un traitement symptomatique peut être prescrit (antalgiques contre la douleur et la fièvre du type paracétamol).

L’utilisation d’aspirine est fortement déconseillée. Les anti-inflammatoires ne sont pas indiqués.

Il est recommandé de boire beaucoup pour éviter la déshydratation.

Il n’y a pas de spécificité du traitement pour l’enfant, les personnes âgées ou la femme enceinte chez lesquels le traitement sera également symptomatique.

Complications

Deux types de complications ont été décrites : des complications neurologiques, dont le syndrome de Guillain-Barré (SGB), et des malformations congénitales, incitant à une vigilance spécifique pour les femmes enceintes en cas d’épidémie de Zika.

La relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies chez les nouveaux-nés et une infection par le virus Zika chez la mère est confirmée.

Augmentation des syndromes neurologiques

Lors des épidémies du virus Zika en Polynésie française et au Brésil, des patients ont présenté des syndromes neurologiques à la suite d’une récente maladie présentant des symptômes compatibles avec le Zika. Parmi ceux-ci, certains ont été confirmés comme étant des syndromes de Guillain-Barré. Le premier décès en lien avec le virus Zika, d’un patient atteint par un syndrome de Guillain-Barré, est survenu le 19 mai 2016 en Martinique.

La protection individuelle et collective

La lutte contre les moustiques est l’affaire de tous

La mobilisation de tous est essentielle. Le ministère de la santé recommande aux personnes résidant ou devant se rendre dans les régions où circule le virus d’adopter un certain nombre de mesures visant à prévenir toute dissémination du virus :

- Détruire les larves ainsi que les gites potentiels de reproduction des moustiques autour et dans l’habitat (en supprimant, les soucoupes sous les pots de fleurs et en vidant au moins une fois par semaine tous les récipients contenant de l’eau stagnante : détritus, gouttières…)

- Se protéger des piqûres de moustiques en portant des vêtements longs, en utilisant des répulsifs cutanés (en respectant les précautions d’emploi, en particulier chez l’enfant et la femme enceinte) ainsi que des moustiquaires de berceau chez le nouveau-né et le nourrisson ;

- Protéger l’habitat (moustiquaires, diffuseurs électriques, tortillons….).

Recommandations aux résidents et aux voyageurs

Les résidents et les voyageurs se rendant dans les pays où circule le virus Zika doivent prendre des mesures de protection individuelle durant les heures d’activité des moustiques, en l’occurrence pour le moustique vecteur du Zika le matin et en fin de journée. Il faut également se protéger durant la nuit.

En cas d’apparition de symptômes, pour les résidents, ou pour les voyageurs pendant dans les 3 à 12 jours suivant le retour d’un séjour, il faut consulter au plus tôt un médecin.

Recommandations pour les femmes enceintes

Il est recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse et ayant le projet de se rendre dans des zones où sévit le Zika, d’envisager un report de leur projet de voyage, ou, en tout cas de consulter un médecin avant le départ pour être informées sur les complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika.

Pour les femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse et pour les femmes en âge de procréer vivant dans les zones touchées par une épidémie Zika, une information spécifique sur les malformations congénitales et les autres complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika est assurée par les professionnels de santé. Un suivi médical et une prise en charge renforcée seront mis en place pour toutes les femmes enceintes et leur nouveau-né dans les zones d’épidémie.

Les femmes enceintes doivent être particulièrement attentives et adopter des mesures de protection renforcées. Outre les vêtements couvrants, elles doivent utiliser des produits répulsifs adaptés en respectant les précautions d’emploi concernant la grossesse.

Du fait du risque de transmission par voie sexuelle, il est recommandé aux femmes enceintes ou en âge de procréer vivant en zone d’épidémie d’éviter tout rapport non protégé. Pour les femmes enceintes vivant hors zone épidémique, il est recommandé d’éviter tout rapport sexuel non protégé durant une période de 6 mois après le retour de leur conjoint d’une zone épidémique.

PNG - 302.6 ko
Zika : Conseils aux voyageurs et femmes enceintes