Le circuit de distribution du médicament en France

Il existe environ 950 établissements pharmaceutiques en France. Ils peuvent approvisionner en médicaments les officines de pharmacie et les pharmacies à usage intérieur (PUI) des établissements de santé et des établissements médico-sociaux selon plusieurs circuits.

Les acteurs de la distribution en gros de médicaments

Les acteurs de la distribution en gros de médicaments sont notamment les suivants : les fabricants, les exploitants, les dépositaires, les grossistes-répartiteurs, les centrales d’achats pharmaceutiques.

- Les établissements pharmaceutiques fabriquent, importent et vendent des médicaments. Ces ventes peuvent être faites soit directement aux officines de pharmacie et aux pharmacies à usage intérieur, soit aux grossistes-répartiteurs.

- Les dépositaires assurent pour le compte des entreprises pharmaceutiques qui le souhaitent la logistique de distribution en gros des médicaments principalement à destination des PUI.

- Les grossistes-répartiteurs achètent aux fabricants les médicaments pour les revendre principalement aux officines de pharmacie.
Tous ces établissements pharmaceutiques sont autorisés et régulièrement inspectés par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Le circuit de distribution pour les officines

Les officines de pharmacie achètent les médicaments qu’elles dispensent, soit auprès des grossistes répartiteurs (80% des cas), soit directement auprès des fabricants ou de leurs dépositaires ainsi qu’auprès des exploitants. Depuis 2009, les officines peuvent mutualiser leurs achats de médicaments non remboursables par l’intermédiaire d’établissements pharmaceutiques appelés centrales d’achats pharmaceutiques ou de structures de regroupement à l’achat.


La vente de médicaments sur Internet
Depuis 2013, la vente en ligne de médicaments est strictement encadrée en France et les médicaments non soumis à prescription obligatoire peuvent être vendus sur Internet. Seul l’achat de médicaments sur un site internet autorisé par une agence régionale de santé (ARS) et disposant d’un logo permettant d’identifier le site vous garantit la qualité et la sécurité du médicament commandé. Il convient donc de toujours vérifier si le site internet qui propose des médicaments à la vente est bien autorisé.
Consultez la liste des pharmaciens autorisés à vendre des médicaments sur Internet

Le circuit de distribution pour les pharmacies à usage intérieur des établissements de santé et médico-sociaux

Contrairement aux officines de pharmacie, les établissements de santé et les établissements médico-sociaux qui disposent d’une PUI achètent 95% de leurs médicaments directement auprès des fabricants, de leurs dépositaires ou des exploitants. Pour les établissements publics, ces achats se font dans le respect d’une procédure d’appel d’offre régie par le code des marchés publics.

Seulement 5 % des achats des PUI sont effectués auprès des grossistes-répartiteurs, essentiellement pour des dépannages ou des compléments non prévus par les appels d’offres.

Les PUI des établissements de santé et médico-sociaux ne délivrent les médicaments qu’aux patients hospitalisés ou résidant dans ces établissements.


Médicaments rétrocédés-rétrocession
Dans l’intérêt de la santé publique, certains établissements de santé disposant d’une Pharmacie à usage intérieur (PUI) peuvent être autorisés, par les Agences régionales de santé (ARS), à dispenser des médicaments aux patients non hospitalisés (patients ambulatoires). On dit que ces médicaments sont « rétrocédés » par les PUI à ces patients.
Les médicaments inscrits sur une liste dite « liste de rétrocession » fixée par arrêté du ministre chargé de la santé, présentent notamment des contraintes particulières de distribution, de dispensation ou d’administration ou nécessitent un suivi de la prescription ou de la délivrance. Figurent notamment sur cette liste les médicaments dérivés du sang, les antirétroviraux, les médicaments des hépatites B ou C chroniques, les antirétroviraux, des antibiotiques, des antifongiques, des médicaments orphelins, des anticancéreux.
En savoir plus sur la rétrocession