Qualité de la prise en charge des patients traités par chimiothérapie orale

Les médicaments de chimiothérapie orale sont de maniement parfois complexe, avec des risques d’effets indésirables spécifiques, parfois mal connus des professionnels de santé. Leur mauvaise observance peut avoir de lourdes conséquences pour les patients.
Sécuriser la prise en charge des patients traités par chimiothérapie orale est une priorité du plan cancer 3.

Sécuriser la prise en charge par chimiothérapie orale

Les chimiothérapies orales connaissent ces dernières années une forte croissance expliquée principalement par le développement des thérapies ciblées. Depuis les années 2000, de plus en plus de ces médicaments sont mis sur le marché concomitamment à une augmentation de la population cible totale et du nombre d’indications thérapeutiques. Les bénéfices de ces traitements sont reconnus. Néanmoins ces médicaments sont de maniement parfois complexe, avec des risques d’effets indésirables spécifiques, parfois mal connus des professionnels de santé. Leur mauvaise observance peut avoir de lourdes conséquences pour les patients.

L’essor de ces thérapeutiques nécessite une adaptation des organisations notamment en matière de coordination des acteurs, des structures, d’information des patients et de bon usage. Sécuriser la prise en charge des patients traités par chimiothérapie orale est une priorité identifiée dans le plan cancer 3.

Un groupe de travail piloté par la direction générale de l’offre de soins (DGOS), en lien avec l’institut nationale du cancer (INCA), les autorités concernées et les acteurs impliqués dans la prise en charge, a identifié 5 axes de travail.

 

Les 5 axes de travail

Axe 1 : le bon usage des chimiothérapies orales

Cet axe de travail vise à :

- développer et mutualiser les outils de bon usage à l’attention des professionnels de santé sur les modalités d’utilisation des chimiothérapies orales, la prévention et la gestion des toxicités.
- définir les bonnes pratiques d’utilisation des chimiothérapies orales pour accompagner les professionnels en ville et à l’hôpital
- renforcer les connaissances sur les pratiques et données médico-économiques en ville et à l’hôpital

Un recensement des outils et initiatives mis en place par les régions ou les établissements a été mis en place en lien avec les Omedit et les réseaux régionaux de cancérologie. Ce recensement n’est pas exhaustif et a vocation à s’enrichir. Vous pouvez proposer vos outils ou initiatives à l’adresse suivante : DGOS-PF2-PRODUITSDESANTE@sante.gouv.fr

Les outils mis en place par les régions

 

Axe 2 : la coordination ville-hôpital

Cet axe de travail vise à :

- adapter les organisations à l’essor des chimiothérapies orales
- faciliter le partage d’informations entre professionnels
- développer ou mobiliser plus largement les outils facilitant la coordination
- contractualiser sur des projets régionaux sur l’amélioration de la qualité de la prise en charge des chimiothérapies orales
- prendre appui sur les relais régionaux (Omedit et RRC).

Voir la CIRCULAIRE N° SG/DGOS/2014/96 du 31 mars 2014 relative aux modalités de mise en œuvre du fonds d’intervention régional en 2014 concernant les actions de coordination ville-hôpital pour améliorer la qualité de la prise en charge médicamenteuse.

 

Axe 3 : la formation des professionnels

Cet axe de travail vise à :

- mettre à disposition des professionnels des formations continues sur les chimiothérapies orales.
- soutenir la formation des professionnels en matière de promotion de l’éducation thérapeutique en chimiothérapie orale
- mobiliser les organismes de formation des professionnels libéraux sur cette thématique et en réaliser un état des lieux
- développer la mise en place de techniques pédagogiques favorisant l’interactivité sur la thématique (exemple : e-learning).

 

Axe 4 : l’information du patient/éducation thérapeutique

Cet axe de travail vise à :

- définir et diffuser auprès du public des modalités d’utilisation des chimiothérapies orales, la prévention et la gestion des toxicités
- mettre à disposition des assurés des informations de bon usage sur les chimiothérapies orales
- développer l’éducation thérapeutique en cancérologie.

Actuellement, l’INCA lance à un appel à projets intitulé : « Promouvoir l’éducation thérapeutique (ETP) en chimiothérapie orale : soutien à la formation des professionnels de santé ». Il est destiné à financer des actions de formation des professionnels de santé à l’ETP en chimiothérapie orale et à élaborer, selon une méthodologie reproductible, un programme d’ETP destiné à des patients traités par anticancéreux oraux.

 

Axe 5 : la communication

Cet axe de travail vise à :

- faciliter le partage d’informations entre professionnels
- mettre en place des actions de communication en matière de bon usage des chimiothérapies orales.

 

Pour aller plus loin

La situation de la chimiothérapie des cancers – Rapport 2012

 

Nos partenaires

JPEG - 488 ko
Logo et acteurs de la Silver Economie - Format jpeg
PNG - 4.3 ko

 

Source :
Direction générale de l’offre de soins (DGOS)
Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l’offre de soins (PF)
Bureau de la qualité et sécurité des soins (PF2)
14 avenue Duquesne - 75350 Paris 07 SP

Courriel : DGOS-PF2[@]sante.gouv.fr

Mise en ligne : juillet 2014